Le calme pour tous !

pblog

 

A défaut d’autre chose ma prière est païenne. Encore que, je crois encore en l’homme, en la femme aussi. Surtout en la femme, comme disait l’ami Aragon « elle est l’avenir de l’homme. N’y voyez aucun complexe de supériorité, juste un léger clin d’œil pour détendre l’atmosphère lourde.

Lourde. Parce que le printemps tarde à venir et que le climat est le même depuis l’automne. Lamanifpourtous est un épais nuage opaque qui éclipse tout le reste : le soleil, les bonnes nouvelles et ne laisse aucun répit. Et même quand on croit qu’il n’y en a plus il y’en a encore : 20 h 30 un vendredi soir, entre un pub et une pizzéria je tombe nez à nez avec une manifestation du bloc identitaire. Oui, si la manif pour prétend se la jouer bisounours, le bloc identitaire c'est autre chose.

Ras-le-bol, écœurement, mépris : les sentiments s’entremêlent et je ne sais plus très bien si j’ai envie de fuir, de les affronter ou d’arrêter définitivement de croire en l’humain. Mais mon très bon ami, ce grand blond aux boucles généreuses me dira plus tard devant une Margarita (la pizza pas le coktail) qu’on ne peut définitivement pas ranger tous les œufs dans un même panier. Ben non. Il faut dire que les slogans très recherché du bloc identitaire « Taubira, tête de rat » m’ont mis sur la bonne voie. Tous les humains ne sont pas égaux : il y’a les ploucs et les autres. Au diable les convenances je passerai pour prétentieuse aux yeux des ploucs-friendly et autres réactionnaires de bases mais je m’assume : Je ne veux pas vous ressembler. Je regarde cette photo en tête de l'article et je ne peux me résoudre à vous laisser dire qu'ils sont "des assassins d'enfants" ou autres insultes que vous prononcez avec une légerté dangereuse. 

                Hier, pendant la manif pour tous, à Rennes (oui, la mauvaise herbe pousse partout) des journalistes ont été agressés par des hommes, qui plus est ventrus, qui ont déclaré en avoir « marre des journalistes », on a pu entendre également de jolie déclaration d’amour : « Journalistes collabo ». Personnellement, je ne me sens pas spécialement collabo. Bon je ne suis pas non plus journaliste.  Mais, quitte à choisir je préfère marcher à côté des intellectuels de la plume, du clavier, du micro ou de la caméra plus tôt qu’avec les démunis du sens commun et de l’altruisme.

                « On en a marre des journalistes » En même temps ça ne m’étonne pas vraiment, c’est cela n’est-pas ? Tous les journalistes sont des « bobos partisans et sociallos » Sauf Zemmour ajouterez-vous en étalant la crème solaire. (Ou du monoï, au choix, moi j’aime les deux)

                Et bien moi je suis fatiguée. Fatiguée d’entendre les cris d’une France qui s’indigne de si peu. Vous prétendez défendre l’enfance. Mais si le sort des enfants vous empêche de dormir autant que vous l’affirmez, allez-y : il y’a beaucoup de travail à faire, le chantier est immense et la main d’œuvre très peu présente.  Allez dans les orphelinats, allez dans les foyers vous y serez plus utiles. Et si vous ne savez pas quoi faire de vos dimanches ça vous occupera. Peut-être les parisiens pourront-ils enfin ouvrir leurs fenêtres ! Et avant de donner des leçons sur qui peut élever ou non des enfants  évitez d'emmener vos têtes blondes -brunes, rousses, que sais-je- dans des manifestations en pretextant une ambiance "familiale et bon enfant". Non, il faut appeler un chat un chat  : une manif c'est une manif avec sa foules, ses mouvements, et ses risques. 

               

J'assume avoir été brusque, cinglante, voir méchante. Mais j’en ai assez. Assez d’entendre des propos homophobes à gogo (oui, c’est devenu une mode), Assez que vous jouiez la carte de la victimisation alors que l’unique agresseur c’est vous. Assez de votre prétention « Nous sommes le modèle dominant qu’il en soit ainsi ». Assez de ce courant de haine. Assez de ces références sacrées que vous touchez de vos mains profanes et sales !

                Assez de vous. Tout simplement.

 

Merci à Laura Mottin et à ses deux modèles pour cette très très jolie photographie. Découvrez sa page : ici